2012 Charlotte Delbo, une voix qui résiste

Le  projet

CHARLOTTE DELBO

Ou la voix singulière d’une résistante et déportée

I)                   Le cadre :

Le projet « Charlotte Delbo » s’inscrit dans le cadre d’un projet innovation présenté par le lycée René Cassin en coproduction  avec le lycée Edmond Michelet d’Arpajon (le lycée René Cassin est porteur du projet) concerne les domaines  suivants :

– L’accès à la culture et à diverses formes d’art ;

– L’éducation à la citoyenneté ;

– La lutte contre les discriminations et la violence ;

– La culture de notre mémoire collective et le devoir de mémoire ;

– La richesse et la nécessité des échanges entre générations et milieux sociaux différents ;

Il correspond à des travaux de création et de réalisation, à l’organisation de manifestations publiques, à une série de rencontres entre les populations scolaires et leurs territoires.

  • Différents ateliers de formation et de réalisations encadrés par des intervenants professionnels ;
  • Deux expositions :
  • Des rencontres-débats avec des intervenants spécialistes de Charlotte Delbo ou des thèmes de la résistance et de la déportation ;
  • Un film vidéo ;
  • Un livre de textes et de photos ;
  • Deux sorties (Mémorial de la Shoah et Musée de la Résistance)
  • Deux représentations d’un spectacle professionnel au lycée accompagné d’un stage de deux jours avec la metteur en scène de ce spectacle.
  • Un cycle de dix représentations d’un spectacle théâtral original conçu et joué par les lycéens : les 24,25,26 mai 2012 à 20h30 et les 31 mai, 1er et 2 juin 2012 à 20h30 ainsi que quatre représentations scolaires.

II)                Les atouts :

Le projet innovation présenté par le lycée Cassin qui en est le porteur, en coproduction avec le lycée Michelet, s’appuie sur une collaboration de quatorze ans entre les deux lycées et sur les partenariats et infrastructures dont ils disposent.

 

Le lycée Cassin a signé trois conventions d’objectifs avec les communes d’Arpajon, La Norville et Saint Germain lès Arpajon et une quatrième avec la communauté de communes de l’Arpajonnais pour développer ce type d’initiatives.

Il est en partenariat dans le domaine artistique avec une scène conventionnée, le théâtre de Brétigny, et deux compagnies, la compagnie DARU et le théâtre de la Mezzanine qui interviennent déjà pour les enseignements dispensés dans l’établissement. Le lycée Michelet a lui-même pour partenaire de son atelier d’expression artistique la compagnie DARU et le pôle de la marionnette. Chaque demande auprès des collectivités territoriales comme des partenaires artistiques bénéficie donc du poids conjoint des deux lycées.

 

Enfin, le lycée Cassin s’est tout récemment doté d’une véritable salle de théâtre, équipée pour recevoir un large public et disposant d’un matériel scénique complet.

 

III)             Le projet : faire entendre la voix de Charlotte Delbo

Aujourd’hui, la figure de Charlotte Delbo, la résistante et déportée comme la femme de lettres, sort de l’ombre. Les travaux universitaires se multiplient, les lectures de ses textes se font de plus en plus nombreuses (Claire Chazal au Festival de Grignan, Ariane Ascaride au Théâtre du Rond-Point, Marthe Keller au « 104 »…). Elle s’impose comme un auteur majeur de la déportation, dont l’oeuvre compte parmi les plus fortes aux côtés de celles de Primo Levi, Elie Wiesel et Jorge Semprún. Son témoignage en tant que femme et la diversité de ses écrits rendent en outre sa voix très singulière.

 

1)      Vie et œuvre de Charlotte Delbo

Après des études de philosophie, elle devient l’assistante de Louis Jouvet au théâtre de l’Athénée. Elle part avec la troupe en mai 1941 pour une tournée en Amérique latine. Quand elle apprend la mort sous la guillotine d’André Woog, un ami architecte communiste, résistant, elle décide de rejoindre son mari en France et entre dans la Résistance. Ils font partie du groupe Politzer, en charge de la publication des Lettres françaises dont Jacques Decour était rédacteur en chef. Charlotte et son mari sont arrêtés le 2 mars 1942. Il sera fusillé au fort du Mont-Valérien, le 23 mai 1942, à l’âge de 28 ans. D’abord incarcérée à la prison de la Santé, à Paris, puis transférée au fort de Romainville pendant un an, elle est passée par Compiègne pour être déportée ensuite à Auschwitz, par le convoi du 24 janvier 1943, un convoi de 230 femmes dont elle racontera le destin, après la guerre. Elle est l’une des 49 femmes rescapées de ce convoi. Libérée par la Croix-Rouge en avril 1945, elle est rapatriée en France en passant par la Suède. Après la guerre, elle travaille de nouveau avec Louis Jouvet jusqu’en 1947, puis pour l’ONU. A partir de 1961, elle devient l’assistante du philosophe Henri Lefebvre au CNRS. Elle écrit une oeuvre faite de récits, de pièces de théâtre et de poèmes, essentiellement autour de la déportation.

2)      Le spectacle des lycéens

Le spectacle que nous voulons créer a pour ambition de raconter, en s’appuyant sur ses propres textes, la vie de Charlotte Delbo. Il s’agit notamment d’évoquer, à travers son témoignage, la réalité des camps et les relations entre les déportées : leur vie quotidienne (le froid, la faim, la saleté, la maladie, le deuil et la mort) ainsi que l’organisation du camp (les appels, les travaux, la discipline), leur survie, leurs souffrances physiques et leurs douleurs morales, le soutien qu’elles s’apportent les unes aux autres, les projets qu’elle font, les rêves d’avenir qu’elles tentent de conserver, même quand elles ont perdu presque tout espoir de retour. Mais leur but est qu’il en reste ne serait-ce qu’une seule, pour rapporter les paroles des autres et raconter leur histoire à toutes.

Les textes à partir desquels nous construirons notre spectacle seront les suivants :

-          Auschwitz et après, trilogie composée de « Aucun de nous ne reviendra », « Une connaissance inutile » et « Mesure de nos jours ». Récits et poèmes ;

-          Qui rapportera ces paroles ? Pièce de théâtre pour vingt trois comédiennes, qui se passe dans un camp ;

-          Une scène jouée dans la mémoire, pièce de théâtre ;

L’expérience de l’autre, surtout quand elle est extrême, est-elle transmissible ? Comment le théâtre peut-il évoquer la réalité des camps sans devenir tout simplement insupportable ? A la veille du centenaire de la naissance de Charlotte Delbo, il nous paraît très important de faire connaître son œuvre à des lycéens, pour qui l’histoire de la seconde guerre mondiale semble désormais bien lointaine et quelque peu désincarnée. Grâce à ce travail, les lycéens, en incarnant des personnages, mais aussi en chantant ou en manipulant des marionnettes, pourront à leur tour « rapporter ces paroles »…

 

3)      L’organisation des ateliers et la réalisation du projet

Au-delà du spectacle lui-même, le projet innovation porte sur la constitution de neuf ateliers de formation et de réalisation autonomes s’adressant à l’ensemble de la population lycéenne, entre janvier et juin 2012. Chacun de ces ateliers doit déboucher sur une production qui lui est propre, en relation avec le spectacle ou indépendamment de lui.

1 -  L’ATELIER D’ECRITURE

Cet atelier d’écriture aura pour but :

1)      De faire un choix dans les textes de Charlotte Delbo et de les adapter pour créer une pièce de théâtre cohérente ;

2)      De monter deux expositions : la première sur la vie et l’œuvre de Charlotte Delbo et la seconde sur la résistance et la déportation (notamment le camp d’Auschwitz) ;

3)      D’organiser des rencontres-débats avec des spécialistes de Charlotte Delbo.

4)      De finaliser un livre de textes et de photos tiré de l’ensemble des manifestations publiques.

Pour l’encadrement et l’adaptation théâtrale des textes :

Mme BRUN Gabrielle, professeur de Lettres et Théâtre

Mme BLETZACKER Josiane, ancien professeur de Lettres et Théâtre

Mme GOYAT Sabine, professeur de Lettres et Théâtre

Mme BOSCO Antonia, chanteuse et comédienne

Pour les expositions sur la résistance, la déportation et Charlotte Delbo :

Mme DURAND Isabelle, professeur d’Histoire-Géographie

M. BONIECKI Gabriel, professeur d’Histoire-Géographie

Mme HERAUD Béatrice, professeur d’Histoire-Géographie

M. PICCOLO Adrien, professeur d’Histoire-Géographie

Pour les rencontres-débats autour de Charlotte Delbo et de la déportation :

Mme BRAUNSWEIG Agnès, metteur en scène et comédienne, ayant adapté et monté la pièce « Qui rapportera ces paroles ? » (Spectacle qui sera joué deux fois au lycée)

Mme BRUNETEAUX, professeur de lettres aux Etats Unis, spécialiste de Charlotte Delbo

Mme GELLY Violaine, journaliste et biographe de Charlotte Delbo

Mme PEYROTTE Claude-Alice, metteur en scène ayant largement contribué à faire connaître Charlotte Delbo

2 – L’ATELIER DE JEU D’ACTEURS ET MISE EN SCENE

Cet atelier consiste à former et diriger les lycéens apprentis-comédiens. L’essentiel de la formation est assuré par les professeurs en charge de l’option facultative théâtre du lycée Cassin et de l’atelier théâtre du lycée Michelet en partenariat avec la compagnie La Mezzanine dans le cadre de l’option facultative du lycée Cassin,et avec la compagnie DARU pour le lycée Michelet mais nous envisageons d’y adjoindre deux jours de formation hors temps scolaire par la compagnie Prospero Miranda dont le spectacle « Je reviens de la vérité » sera vu par les élèves. Ces journées de formation auront lieu les 8 et 9 avril 2012 et permettront de réunir les élèves des deux lycées CASSIN et MICHELET.

- Pour l’option facultative du Lycée Cassin :

Mme BRUN Gabrielle, professeur de Lettres et Théâtre

Mme GOYAT Sabine, professeur de Lettres et Théâtre

Mme BOSCO Antonia, chanteuse et comédienne

- Pour l’atelier théâtre du lycée Michelet

Mme AVRIL Muriel, professeur de lettres

Mme GOYAT  Sabine, professeur de Lettres et Théâtre

avec la collaboration et le soutien de Josiane et Yves BLETZACKER, anciens professeurs de lettres et théâtre.

6 – L’ATELIER COSTUMES

Cet atelier doit concevoir et réaliser l’ensemble de costumes et accessoires du spectacle.

Intervenants : Mme BLETZACKER Josiane, ancien professeur de Lettres et Théâtre

Mme GOYAT Sabine, professeur de Lettres et Théâtre

avec l’aide de parents bénévoles.

3 – L’ATELIER DE SCENOGRAPHIE

Son but est de finaliser l’espace scénique.

Intervenants : Mme BLETZACKER Josiane, ancien professeur de Lettres et Théâtre

M. BLETZACKER Yves, ancien professeur de Lettres et Théâtre

M. Jean-Pierre CRIVELLARI, ancien parent d’élève.

7 – L’ATELIER VIDEO

Intervenant : M. JEUDON Xavier, cinéaste

8 – L’ATELIER REGIE SON ET LUMIERE

L’atelier correspond à un poste lourd de dépenses car les commissions de sécurité exigent que les manifestations publiques soient encadrées par un régisseur professionnel. A cette occasion, l’intervenant forme dans un stage préalable un groupe restreint de lycéens sur ses techniques.

Intervenant : M. BILLAUDAZ Dominique

9 – L’ATELIER ARTS VISUELS ET COMMUNICATION

Cet atelier devra concevoir et réaliser les affiches du spectacle, les banderoles, les tracts, les billets, le programme.

Intervenants : M. BLETZACKER Yves, ancien professeur de Lettres et Théâtre

4)      L’ouverture culturelle

Trois projets complémentaires permettront aux lycéens d’enrichir leurs connaissances et d’alimenter leur réflexion :

-          Une sortie au Mémorial de la Shoah (une terminale L impliquée dans le projet : 30 élèves, qui seront chargés de faire aux autres élèves une restitution détaillée de cette sortie).

-          Une sortie au Musée de la Résistance à Champigny sur Marne (une première L : 35 élèves, qui seront chargés également de faire une restitution détaillée de la sortie).

-          Nous ferons  venir au lycée le lundi 9 janvier 2012 le spectacle « Je reviens de la vérité » , adaptation pour trois comédiennes de la pièce de Charlotte Delbo Qui rapportera ces paroles ?, par la compagnie Prospero Miranda dirigée par Agnès Braunschweig. Cette même metteur en scène animera un stage de deux jours avec les acteurs du spectacle lycéen, et elle participera aux rencontres-débats prévus.

 

Ce projet bénéficie du soutien financier des deux lycées et de la communauté de communes de l’Arpajonnais. Il est également soutenu par la région au titre de « projet innovation ».